Appartements de saisies bancaires à Alicante, comment cela se passe ?


Tout le monde en a entendu parler. Après la crise 2008 les logements de saisies bancaires ont inondé le marché immobilier Alicantin. Les bonnes affaires ont abondé. Même la presse télévisée française s’est emparée du phénomène. Mais pour ceux qui sont allés sur le terrain chasser l’aubaine, qu’en est-il rééllement ?

Il est 9h15 ce matin. Je prends mon petit-déjeuner dans mon bar favori de l’avenue Pintor Xavier Soler. Les premiers rayons de soleil viennent chauffer mon visage en même temps que je déguste mon Cortado, ma tostada à la tomate, et mon délicieux jus d’orange.

Ce matin je dois aller visiter 3 appartements dans le Pla. Deux d’entre eux sont des saisies bancaires. C’est la première fois que je me tourne vers ces produits. Et j’ai hâte de voir comment cela se passe.

L’heure du rendez-vous avecc l’agent immobilier s’approchant, je décide d’enfourcher mon vélo, et de filet tranquillement vers le point de rendez-vous.

Une visite calme

Grâce à un système d’alertes configuré sur mes portails favoris, et à une gestion des rendez-vous en place grâce à Trello, je me suis assuré d’être le premier à visiter cet appartement. C’est du moins ce que je crois.

Lors de mon premier appel, les membres de l’agence immobilière ne semblaient pas encore s’être coordonnés pour gérer cette annonce.

Cela ne m’étonne pas plus que cela donc dans un premier temps de voir que l’agent immobilier est plutôt discret. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il ne force pas la vente.

L’appartement, sans prétention, possède un réel potentiel locatif. C’est un 4e étage sans ascenseur certes. Mais avec ses 65 mètres carrés et ses 2 chambres, il rentre dans un segment très recherché.

Le quartier du Pla est une valeur sûre. Populaire, commercial et animé, il est un excellent compromis à l’heure actuelle.

Et pour 39.000 euros, un loyer facilement négociable à 450 euros, le rendement locatif ne manquera pas d’être au rendez-vous.

Me frottant déjà les mains, et tâchant de dissimuler mon optimisme, j’entame la conversation avec l’agent immobilier afin de prendre la température avant de négocier.

Quand cela se complique.

Mais il se trouve que je ne suis pas assez informé, et que même après avoir pris toutes les précautions pour être en pôle position sur cette offre, tout indique qu’elle va me passer sous le nez.

Cet appartement est l’une des meilleures opportunités visitées jusqu’ici. Je pense déjà à son agencement. Et là, le couperet tombe.

Premièrement le prix n’est pas négociable. Ça à la limite, je m’y attendais. Mais là où le bât blesse, c’est que je ne suis pas le premier à avoir visité la demeure.

Les appartements issus de saisies bancaires, sont mis en ligne et commercialisés par beaucoup d’agences à la fois. Et il se trouve qu’une autre agence a déjà montré le bien une fois avant moi… C’est rageant.

La visite s’est matérialisée en offre. Apparemment l’affaire va me passer sous le nez. Je comprends maintenant le manque d’engouement de mon interlocuteur pour réaliser cette vente.

Il m’explique alors qu’il me reste une possibilité….

Les modalités

L’appartement ne peut apparemment pas être acheté en fonds propre. Il doit être financé par l’entité bancaire qui le vend. Il faut bien vendre ses propres produits me direz-vous. Même si il s’agit d’un crédit.

Le dossier du premier offreur doit être accepté. Cela peut prendre des semaines voire des mois pour que le dossier soit étudié.

Je serai donc deuxième sur la file d’attente. Il se peut que l’on me rappelle ou pas. Nous parlons donc d’opportunités pour des investisseurs peu pressés.

Après deux cas similaires, je peux vous dire que rares seront les fois où l’on vous rappellera dans ces circonstances. Les premiers visiteurs pour ce genre de biens sont des investisseurs avérés.

Si vous parvenez à les devancé, et si vous ne tremblez pas au moment de faire l’offre, alors vous aurez peut-être la chance de profiter d’une opportunité bancaire. Mais la réalité c’est que si c’est biens sont économiquement accessibles, dans la pratique ils sont difficiles à obtenir.

Et après ?

Il faut savoir que si vous avez la chance d’acheter une de ces opportunités vous devrez accepter la demeure dans l’état.

La banque ne répondra d’aucun dommage ni vice caché.

Malgré ça, j’aurais vraiment aimé pouvoir acquérir cet appartement. Ce ne sera pas pour cette fois. Je repars donc sur mon vélo visiter des appartements vendus par des particuliers.

Previous Immobilier à Alicante : Impact du coronavirus sur les prix
This is the most recent story.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *